Actualités des livres     
 

Aménager la ville, l'art d'habiter

   
Auteur : Pascal Reysset
Editeur : Sang de la Terre, collection « Ecologie urbaine »
Date de dépôt : décembre 2008

A une époque où il est constamment question de décentralisation, d'intercommunalité, des interrogations sur l’aménagement urbain sont bien évidemment justifiées. Le métier d’aménageur lui-même est en pleine évolution et notamment avec la montée des contre-pouvoirs comme ceux des associations d’environnement. Ce livre est une nouvelle version remise à jour de l’ouvrage paru en 1997 de Pascal Reysset, diplômé d'Etudes approfondies en économie, président et créateur de la société Expertise Urbaine, détenteur de plusieurs prix d'art urbain [Bois-Guillaume (Seine-Maritime) et Alfortville (Val-de-Marne)] et responsable de la revue « Ciel » (Cercle d'Idées pour l'aménagement des Espaces Libres). Cette mise à jour permet d’intégrer des notions ayant évolué au cours de cette dizaine d’années comme la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains, dite « SRU » (2000) et instituant le plan local d'urbanisme (PLU) qui remplace le plan d'occupation des sols (POS). La réglementation sur l’accessibilité sur les personnes à mobilité réduite (PMR) est aussi prise en compte. Au fait de l’actualité, Pascal Reysset propose donc une approche pragmatique du métier d'aménageur dont la mission est de bâtir les villes et les quartiers de demain en harmonie avec leur environnement. Procédures, techniques, filières de l’aménagement et modèles d’urbanisme sont donc au sommaire de ce livre où les préoccupations écologiques sont placées au premier plan. Exemples à l’appui, ce guide pédagogique dévoile à la fois le contexte, mais aussi les clefs de la démarche d’aménagement et notamment la pluridisciplinarité et surtout l’implication d’élus décidés avec une forte exigence de qualité. L’auteur revient sur l'acte d'aménager qui est encore parfois trop souvent confondu avec l'acte de bâtir. Il le définit comme la mise en forme de toutes les conditions nécessaires à la conception et à la réalisation des paysages et formes urbaines. Ainsi, aménager relève de l’ordre de l’urbanisme et bâtir de celui de l’architecture. La première étape de ce guide est d’identifier les différents acteurs de l'aménagement : maires, élus locaux, administrations, aménageurs, maîtres d'uvre, concessionnaires, propriétaires, usagers, associations, entreprises et promoteurs. Bref, ce tour de table présente décideurs, aménageurs et habitants. Ce jeu d’acteurs est un mécanisme dans lesquels les relations se tissent entre « décideurs actifs », « moteurs », « mécaniciens », consommateurs, décideurs passifs, contre-pouvoirs et bâtisseurs. Comme une des priorités est le diagnostic urbain, Pascal Reysset ne manque pas de référencer les différents enjeux de l'aménagement (d’ordre démographique, urbain, écologique, économique, politique, sociologique et de mobilité). Ce diagnostic urbain ne peut alors se concrétiser qu’à travers des études, qu’elles soient d'impact, de marché et de concurrence, urbaines, techniques ou financières. A partir de cette phase, le programme peut être défini en prenant en compte à la fois, les finances communales, l’environnement et l’économie locale. L’auteur rappelle également les procédures comme la politique foncière, le respect de l'urbanisme réglementaire, les documents d’orientation et de planification, les innovations réglementaires liées à l'environnement, sans oublier les différents outils d'aménagement : zones d’aménagement concerté (ZAC), lotissements, programmes d’aménagement d’ensemble (PAE)

A partir des problématiques de développement urbain auxquels sont confrontés les élus, comme les a mises en évidence le socio-économiste de l’aménagement, Thierry Vilmin, dans « L’aménagement en questions » [sous la direction de Claude Martinand et Josée Landrieu - Adef (Association des Etudes Foncières) - 1996], Pascal Reysset classe les filières de l'aménagement urbain suivant quatre familles : le développement en diffus, les aménagements cadrés, négociés et publics. Les modèles d'urbanisme sont alors classés suivant les thèmes des opérations urbaines et revitalisations de centres villes, opérations périurbaines et banlieues de charme, lotissements et cités-jardins et permis de construire et village. Au sujet des cités-jardins, il est utile de rappeler que nombre d’entre elles sont en fait des lotissements dont l’auteur défend l’existence à la condition qu’ils aient été imaginés dans le respect d’une réelle « charte qualitative ». Un intéressant chapitre aborde les éléments permettant à un quartier d’être agréable à vivre et à habiter afin de l’animer. Il revient sur les principaux éléments de composition urbaine, mettant ainsi en avant les aspects visibles de ce qui participe pleinement à la qualité de vivre en ville. Cela commence par les composants naturels [l’eau dans la ville, l’arbre dans la ville (élément occupant une place essentielle dans un aménagement indépendamment du statut public ou privé de l’espace), haies (de préférence champêtres) et clôtures, parcs, squares et jardins, matériaux]. Quant aux composants urbains (routes, rues et chemins, places et placettes, éclairage public, art dans la ville, mobilier urbain, architecture et composition urbaine, équipements publics et privés et équipements écologiques), ils sont également analysés avec justesse.

La dernière partie de l’ouvrage, intitulée « Poésie et efficacité », s’intéresse au regard multiple que doit porter l’aménageur sur ses projets, nécessaire à la conciliation entre les différentes parties. Il doit être à la fois économique, politique, écologique, administratif, juridique, technique, urbanistique, paysager et architectural. En conclusion, l’auteur revient sur l’art d’habiter car il existe une responsabilité réciproque entre les aménageurs concevant un cadre de vie et les habitants qui devront le respecter.

Enfin, un glossaire depuis « A » comme le qualificatif de la zone habitable au sein d’un PLU jusqu’à « Z » comme ZUP (zone à urbaniser en priorité), en passant par ABF (architecte des bâtiments de France), CAUE (conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement), EBC (espace boisé classé), OPAC (office public d’aménagement et de construction), SCOT (schéma de cohérence territoriale), ZAC (zone d’aménagement concerté), ZNIEFF (zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique) et ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager), revient sur les principaux sigles et acronymes souvent obscures propres aux documents d’urbanisme.

L’iconographie de l’ouvrage est basée sur des croquis, des dessins, des graphiques et de nombreuses photographies prises sur différents sites de référence comme le parc de la Villette* (Paris), la cité-jardin Floréal à Bruxelles (Belgique), le parc des Chanteraines à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), le site classé du Vésinet* (Yvelines), le jardin de Reuilly* (Paris), la Promenade plantée* (Paris), le parc départemental de la Plage bleue à Valenton (Val-de-Marne), les jardins du manoir d’Eyrignac* à Salignac (Dordogne), le jardin Atlantique* (Paris), des exemples à Fribourg (Allemagne), Rotterdam (Pays-Bas), New York (Etats-Unis)

Ce guide pratique décrypte le contexte et les clefs pouvant conduire à la réalisation d’aménagements durables dans la ville, qui passionnera autant professionnels que particuliers voire étudiants. Grâce à un langage simple, Pascal Reysset permet de comprendre les enjeux et les atouts d’une démarche raisonnée. Il est établi sur l’expérience, à l’instar de la manière dont il incite à regarder l’espace public et notamment à prendre en comte la place importante occupée par les enrobés noirs des voiries tout en rappelant que les stabilisés nécessitent un entretien rigoureux. Il déplore également la « tristesse à pleurer » des places strictement minérales. Pareillement, il estime que l’éclairage public « doit être mieux enseigné dans les écoles d’architecture et d’ingénieurs ». Pascal Reysset rappelle qu’« une grande ville sans parc ne se conçoit pas, un quartier ou une petite ville sans square ou jardin public et/ou privé perd beaucoup de son charme. ». Au sujet des parcs publics il insiste d’ailleurs sur l’importance d’associer les services techniques des villes aux projets car ils auront en charge l’entretien. Ce guide pratique rassemble des règles de base qu’il est bon de rappeler et de connaître afin d’aboutir à des aménagements de qualité et surtout cohérents dans leur fonctionnement.

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur le jardin cité dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur le lien suivant :

Parc de la Villette

Site classé du Vésinet

Jardin de Reuilly

Promenade plantée

Jardins du manoir d’Eyrignac

Jardin Atlantique



© Conservatoire des Jardins et Paysages / avril 2010

 
192 pages - 29.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w