Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Passions botaniques, naturalistes voyageurs au temps des grandes découvertes

   
Auteur : Yves-Marie Allain, Lucile Allorge, Cécile Aupic, Gérard Aymonin, Denis Lamy, Anne Le Moal, Fañch Le Moal, Pierre-François Michel-Kerneur, Jean-Claude Thomas & Catherine Vadon
Editeur : Ouest France
Date de dépôt : juin 2008

Situé au cœur du Trégor, le domaine départemental de la Roche Jagu* à Ploëzal (Côtes d’Armor) est agrémenté d’un parc de 70 hectares aménagé par le paysagiste Bertrand Paulet en un jardin d’inspiration médiévale avec une réelle modernité. Ce lieu culturel départemental propose une exposition permanente au rez-de-chaussée du château retraçant l’histoire du site depuis le Moyen âge. Dans les étages, l’exposition de l’année 2008 est consacrée aux naturalistes voyageurs au temps des grandes découvertes au fil des siècles. Les « Passions botaniques » de ces naturalistes sont relatées de l’Antiquité à nos jours à l’appui de textes fondateurs, parmi lesquels « P'en Tsao » de l’empereur chinois Shen Nung (vers 2800 av. J.-C.), « Herbarum vivae eicones… » (1530) d’Otto Brunfels, « De historia stirpium » (1542) de Leonhard Fuchs. L’exposition revient en détail sur les « espicyaires » et apothicaires, la classification et la physique végétale, les expéditions terrestres et maritimes, la guerre des épices, le transport des plantes, la classification des plantes, les plantes textiles et tinctoriales, les jardins d’acclimatation, les sociétés savantes, les botanistes voyageurs…

Le catalogue de cette exposition retrace plus particulièrement, grâce à des articles d’éminents botanistes et autres spécialistes de renom, la grande histoire de l’introduction des plantes dans notre pays, nos jardins et notre paysage. Yves-Marie Allain, ingénieur horticole, paysagiste DPLG, inspecteur général de l'environnement et vice-président de notre association retrace dans plusieurs articles, l’histoire du jardin des Plantes* (Paris), les méthodes et techniques imaginées pour le transport des plantes (caisses de Ward, paniers…), les jardins botaniques, jardins d’essais et d’acclimatation parmi lesquels le réputé jardin colonial de Nogent-sur-Marne devenu aujourd’hui le jardin d'Agronomie tropicale* (Paris). Aux côtés de Lucile Allorge et Catherine Vadon, il s’intéresse à quelques grands explorateurs et chasseurs de plantes comme Philibert Commerson (1727-1773), Michel Adanson (1727-1806), Louis Antoine de Bougainville (1729-1811), Alexandre von Humboldt (1769-1859), Aimé Bonplan(1773-1858)… Tout au long de cette histoire, plusieurs jardins deviennent des lieux d’échanges, des étapes et des sites d’expérimentation : des mythiques jardins suspendus de Babylone aux jardins plus scientifiques tels que les jardins botaniques de Padoue (Italie), de Kew (Angleterre), le jardin des plantes de Montpellier* (Hérault), le jardin des Pamplemousses, dit « jardin botanique Sir Seewoosagur Ramgoolam », à Mahébourg (Ile Maurice), le jardin botanique de Rio de Janeiro (Brésil), le jardin des plantes de Nantes* (Loire-Atlantique), le parc de Schönbrunn à Vienne (Autriche), le parc de la Malmaison* à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) et même le fameux Cristal palace de Sir Joseph Paxton à Londres. Cécile Aupic, quant à elle, avec « L’Herbier du Muséum : jardin sans hiver des botanistes d’hier, d’aujourd’hui et de demain » met à l’honneur cet exceptionnel patrimoine méconnu du grand public tout en rappelant l’évolution des outils du botaniste au fil des siècles et le projet « Grand herbier » prévoyant le réaménagement des locaux et le reclassement de l’ensemble des échantillons. Parmi les autres sujets au sommaire de ce catalogue figurent les classifications et dessins botaniques, mais aussi des monographies sur deux plantes, les camélias et les hortensias. D’autres plantes marquent ces aventures botaniques à l’instar du cocotier de mer (Lodoicea maldivica), de l’arbre à pain (Artocarpus altilis) ou encore de l’Amorphophallus titanum (la plus grande fleur du monde). Elles sont présentes au sein de la très riche iconographie composée, en outre, de planches botaniques et d’herbier, gravures, photographies anciennes et d’autres belles reproductions à l’instar de l’affiche de la pièce « La Dame aux camélias » interprétée par Sarah Bernhardt et signée Alphonse Mucha. Pour ceux n’ayant pas eu l’occasion de découvrir l’exposition in situ, ce catalogue a l’avantage de présenter toute l’énergie mise en œuvre par les hommes pour découvrir et comprendre la richesse et la diversité de la flore. Ces articles démontrent qu’à partir de cette volonté, il est question d’aventures, de science et d'acclimatation, mais surtout de passion toujours vivante comme le démontrent encore les récentes expéditions telles que celles du radeau des cimes au sein des canopées.

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur les jardins cités dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur les liens suivants :

Parc du château de la Roche Jagu

Jardin des Plantes

Jardin d'Agronomie tropicale

Jardin des plantes de Montpellier

Jardin des plantes et jardin botanique de Nantes

Parc de la Malmaison



© Conservatoire des Jardins et Paysages / novembre 2008

 
192 pages - 30.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w