Actualités des livres     
 

Hyacinthe et Rose

   
Auteur : François Morel
Photographies - Illustrations : Martin Jarrie
Editeur : Thierry Magnier
Date de dépôt : octobre 2010

Contrairement aux apparences, ce livre n’est pas un livre pour enfants, mais un précieux hommage aux fleurs et à leur beauté, rythmé par les émotions nées de la rencontre entre le peintre illustrateur Martin Jarrie et François Morel, chanteur, chroniqueur (sur France Inter tous les vendredis à 8 h 55) et comédien [« Les Deschiens » (1993-2000), « Tout baigne ! » (1999), « Le soir, des lions » (2010), « Instants critiques » (2011), « La nouvelle guerre des boutons » (2011)]. Le premier a peint 48 tableaux de fleurs pour lesquels le second a imaginé une histoire tendre qui touche le lecteur au plus profond de son âme, chacun ayant au fond de lui des souvenirs de grands-parents dans leur jardin, avec des poules et des pots de confitures sur les armoires. François Morel, qui ne se considère pas comme un jardinier, est cependant proche de cet univers comme le montre le livre « Le jardin secret des stars » d’Alain Baraton qui l’avait rencontré alors qu’il préparait justement ce présent ouvrage.

Dans une histoire pleine d’humour, ce conte destiné aux enfants sommeillant dans chaque adulte, est centré sur l’amour des fleurs réunissant les deux protagonistes que tout oppose, les grands-parents du narrateur, Rose la catho et Hyacinthe le coco. Une étrange alchimie entre des peintures aux couleurs vives et des mots judicieusement choisis entraîne le lecteur dans un récit heureux. Au fil de petites chroniques, le conteur se souvient de son enfance, d’un céanothe attirant les abeilles et d’une précieuse édition du livre « Le nouveau jardinier fleuriste » (1908) d’Hippolyte Langlois. Son récit fait une incursion dans le monde de l’art, avec pour la peinture Vincent Van Goh et Claude Monet, pour la littérature Paul Verlaine, Louis Aragon et Françoise Sagan, pour la musique les Rolling Stones, Joe Dassin, The Cure, « Les roses blanches » et « Comme un p’tit coquelicot » et pour le cinéma Jean-Louis Trintignant et Grace Kelly. Les saynètes semblent toutes familières au lecteur, à l’instar des livres qu’il ne faut pas colorier, des digitales qu’il ne faut pas toucher, des pages tournées de « Pif le chien », d’un cousin énervant, d’un clafoutis aux cerises, d’une fleur de bouton d’or glissée sous un menton pour savoir si l’on a mangé du beurre, du lait qu’on va chercher à la ferme, du langage des fleurs, de la cuisine des fleurs, des premières amours, de la première leçon de conduite A chaque fois, les fleurs sont présentes, dans les champs, dans un bouquet, dans un discours, sur un vêtement

Ce livre à nul autre pareil, véritable hommage floral, offre un récit émouvant sur le souvenir, sur des grands-parents regrettés, sur des fleurs présentes de notre enfance jusqu’à notre mort et à chaque page en vis-à-vis de grands tableaux en couleurs des fleurs de Martin Jarrie : anémone, crocus, coquelicot, dahlia, fritillaire, iris, narcisse, illet, tournesol, tulipe, des fleurs imaginaires et, bien sûr, une rose et une jacinthe, unies dans la poésie des mots et des couleurs.

Pour toutes ses qualités, autant poétiques qu’esthétiques, ce livre a été récompensé par l’obtention du « Prix Saint-Fiacre » 2011, prix annuel de littérature délivré depuis 1971 par l’association des journalistes du jardin et de l’horticulture (AJJH).



© Conservatoire des Jardins et Paysages / février 2011

 
80 pages - 31.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w