Actualités des livres     
 

Les jardins d’Eden n° 33

   
Auteur : Articles d'auteurs variés sous la responsabilité éditoriale de Jinge Lim
Editeur : Back to Basics
Date de dépôt : 2009

D’une grande qualité autant sur le fond que sur la forme grâce à une iconographie exceptionnelle, chaque numéro du magazine trimestriel belge des arts et de la culture du jardin « Les jardins d’Eden » aborde le monde du jardin comme aucune autre revue. Aussi intéressant qu’agréable à feuilleter, il mérite sa place au sein des étagères de la bibliothèque de tout amateur de jardins. C’est un magazine que l’on a plaisir à conserver. Il n’est disponible que sur abonnement ou sur les stands de différentes fêtes des plantes parmi lesquelles « Plantes rares et de collection » à La Feuillerie à Celles (Belgique), « Jardins, jardin » au jardin des Tuileries* (Paris), les journées des plantes de Courson* (Essonne) ou encore les fêtes des plantes vivaces et des fruits et légumes d’hier et d’aujourd’hui de Saint-Jean de Beauregard* aux Ulis (Essonne).

A la une de ce numéro du deuxième trimestre 2009, un article sur les iris d’eau précise les conditions essentielles pour leur réussite. Le genre Iris comporte plus de 300 espèces. Si les « barbus » (hybrides de germanica) détestent l’humidité, en revanche ce n’est pas le cas des iris d’eau qui sont imberbes. Les différentes espèces sont détaillées avec leur caractéristiques et conditions de réussite dans l’ordre de leurs floraisons : iris de Sibérie (Iris sibirica), iris jaune ou des marais (Iris pseudacorus), iris des marais américain (Iris versicolor), iris d’eau oriental (Iris laevigata), iris des marais japonais (Iris ensata) et iris de Louisiane (Iris louisiana).

Quelques semaines avant sa disparition, le prince Peter Wolkonsky (1900-1997) accordait une entrevue au magazine « Les jardins d’Eden » pour son numéro 6 (automne - hiver 1997). Douze ans après, un nouvel article revient sur ses beaux jardins de Kerdalo* à Trédarzec (Côtes d’Armor) dont la destinée est aujourd’hui entre les mains de sa fille Isabelle et de son époux le paysagiste Timothy Vaughan. Peter Wolkonsky s’était exprimé avec brio dans ce site riche de trois sources. Délaissant Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), il devient propriétaire du lieu alors qu’il est âgé de 64 ans. En qualité d’artiste peintre, alliant peinture et botanique, il compose les massifs avec une véritable pertinence dans les harmonies et associations. Il apprécie par ailleurs son jardin surtout en hiver, saison « où les lignes se révèlent ». D’une imagination fertile, il crée tout de ses mains : jardin des quatre carrés, grotte avec sirènes et monstres marins en coquillages, étang, pagode chinoise, fontaine dédiée à Saint-Fiacre le patron des jardiniers. Ce lieu et les plantes le constituant sont issus d’amitiés avec différentes personnalités du monde horticole : Charles de Noailles, Jelena et Robert de Belder, Harold Hillier, Jean Cayeux, Roger de Vilmorin Un plan et des informations pratiques incitent à se rendre sur place pour voir Rhamnus, Hippophae rhamnoides, rhododendrons, Kniphofia, Echium, Crocosmia Un autre article au sommaire concerne le jardin de Majorelle à Marrakech (Maroc), d’une superficie de 4,8 hectares. C’est aussi le jardin d’un peintre, Jacques Majorelle (1886-1962), fils de l’ébéniste Louis Majorelle (1859-1926). Il l’a créé dans le quartier du Guéliz, près de la médina, le centre de Marrakech. En ce lieu, la couleur est omniprésente et particulièrement le bleu cobalt dénommé « bleu Majorelle ». Ce jardin planté de cactées, palmiers, Strelitzia, bambous, nous est aujourd’hui parvenu en l’état grâce à son rachat en 1980 par Yves Saint-Laurent (1936-2008) et Pierre Bergé qui le restaurèrent.

« Secret gardens » est un nouveau festival international de jardins urbains dont la première édition a eu lieu à Courtrai (Belgique) cet été (du 29 mai au 11 octobre 2009). L’un des 10 jardins réalisés est signé de la paysagiste américaine Martha Schwartz. A cette occasion, un article de fond lui est consacré dans ce numéro. Depuis qu’elle a conçu le Bagel garden à Boston (Etats-Unis), Martha Schwartz est reconnue ou critiquée pour son style exubérant, sa fantaisie, son ironie, son humour et surtout son utilisation des couleurs vives. Le Bagel garden est inspiré d’un classique parterre de buis mais dont le sol est recouvert de billes d’aquarium violettes et de bagels (petits pains en forme d'anneau d'origine juive) vernis. Elle a continué depuis à assumer un parti pris volontariste pour ses choix originaux de formes, couleurs et matières. Elle regrette cependant de devoir encore lutter contre la « chromophobie » des donneurs d’ordres. Intervenant dans le monde entier (Allemagne, Angleterre, Autriche, Costa Rica, Etats-Unis, Irlande, Japon, Qatar, Syrie) ; Martha Schwartz associe art et paysage, sachant que le premier peut donner forme au second. Elle cherche davantage à capitaliser pleinement sur l’environnement urbain plutôt que de « tenter de recouvrir les défauts de la ville d’un pudique voile de verdure ».

Préfiguration à un prochain livre « Composteren en kringlooptuinieren » d’Ivo Pauwels à paraître aux éditions Lannoo qui devrait être traduit en français aux éditions Racine, un article de ce journaliste, jardinier, écrivain et photographe, aborde le recyclage « du » et « au » jardin. Ce concept dans l’air du temps démontre que les éléments d’un jardin peuvent avoir une deuxième, voire une troisième vie : brins de saules, pavés, branches, feuilles, herbe coupée Les matériaux organiques et notamment le châtaignier, le saule ou le cornouiller recèlent, pour qui l’a découvert, des facilités de recyclage. Ainsi, le bois connaîtra une seconde carrière sous forme de mulch, rames à haricots, pergolas, abris à insectes, tuteurs, clôtures, wigwams (type de hutte construite par les Amérindiens), cabanes, rondins, éléments décoratifs

La traditionnelle rubrique « Nervures », dédiée à la vie du célèbre et remarquable arboretum de Kalmthout (Belgique), propose des lectures, des événements et un agenda pratique. Les différents articles la constituant sont préfacés par Abraham Rammeloo, conservateur de l’arboretum qui dresse un point saisonnier sur les activités et travaux sur place. La guide et collaboratrice, Bie Wouters, s’attache à présenter l’origine des formes juvéniles fixées (les ‘Plumosa’ et ‘Squarrosa’), concernant non seulement les conifères (à l’instar du Chamaecyparis pisifera ‘Plumosa’ de l’arboretum), mais aussi les feuillus, les arbustes ornementaux, les fougères et les plantes d’appartement. La plante de l’arboretum à l’honneur dans ce numéro est la campanule des Açores (Campanula vidalii) qui présente la particularité d’être une succulente se lignifiant. Un point est fait sur les risques générés par la monoculture du buis commun (Buxus sempervirens), devenu sensible à différentes maladies cryptogamiques (Cylindrocladium, Volutella, Sesquicillium et Fusarium) en Belgique dont l’évolution est à surveiller au regard de l’absence d’ennemis naturels de ces moisissures. Quelques solutions de remplacement sont proposées (Sarcococca ou Ilex), ainsi que l’importance de tailler avec des outils désinfectés. Enfin, le fonds Jelena de Belder est mis à l’honneur. Alimenté uniquement par des dons, il a pour but de poursuivre le souvenir du couple botaniste créateur de l’arboretum, Jelena (1925-2003) et Robert (1921-1995) de Belder et son uvre, en soutenant des étudiants pour leur enseigner le même amour des plantes et des jardins.

Bien d’autres articles sont à découvrir dans ce passionnant magazine d’exception pour les amateurs de jardins, de plantes et des arts. Ils concernent des monographies sur une plante vue à la loupe ou des reportages sur un jardin du monde, des portraits de jardiniers ou de paysagistes ou encore des conseils de jardinage et notamment au potager. Ils sont consacrés aux vivaces géantes, les coquelicots, l’arbre de Judée (Cercis), les plantes de couleur mauve Un agenda très complet relate aussi les différentes fêtes des plantes et expositions d’outre-Quiévrain, néerlandaises, allemandes et françaises, sans oublier un point sur les dernières parutions hortésiennes. Il est aussi à noter que deux versions de cette revue sont disponibles : « Les jardins d’Eden » pour les francophones et « De tuinen van Eden » pour les néerlandophones. Le prochain numéro doit paraître en octobre 2009.

 

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur les jardins cités dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur les liens suivants :

Jardins des Tuileries et du Carrousel

Parc de Courson

Parc-domaine de Saint-Jean de Beauregard

Jardins de Kerdalo



© Conservatoire des Jardins et Paysages / octobre 2009

 
136 pages - 7.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w