Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

L’herbier boisé, histoires et légendes des arbres et arbustes

   
Auteur : Bernard Bertrand
Editeur : Plume de carotte
Date de dépôt : octobre 2007

Première maison d’édition française certifiée ISO 14 001, les éditions Plume de carotte sont spécialisées dans les publications ethnobotaniques et la rencontre des plantes et des hommes. Dans la même série que les désormais célèbres ouvrages « L'herbier oublié » (2003), « L'herbier voyageur » (2004), « L'herbier érotique » (2005), « Le bestiaire sauvage » (2006), ce volume intitulé « L'herbier boisé » (2007) concerne les histoires et légendes des arbres et arbustes. Il est à noter que depuis cette parution, un nouveau volume complète la collection : « Le bestiaire marin » (2008). Cet herbier boisé a pour ambition de révéler les histoires et légendes des arbres et arbustes de 80 essences choisies parmi lesquelles alisier, amandier, bouleau, bruyère, cèdre, charme, châtaignier, cornouiller, cyprès, douglas, érable, figuier, frêne, gui, hêtre, houblon, laurier, marronnier, mélèze, merisier, mimosa, mûrier, néflier, noisetier, olivier, osier, pistachier, prunelier, robinier, romarin, saule, sureau et viorne. En ouvrant ce livre, selon le principe de la collection, chaque essence dispose d’une double page. Celle de droite est une reproduction au format d’une page de l’herbier de l’institut de botanique de Montpellier (Hérault). Les illustrations sont aussi issues de la collection de bois du Muséum d’histoire naturelle de Nantes (Loire-Atlantique), constituée en 1903 par Louis Bureau, conservateur directeur de l’époque. Elle comporte des planchettes de bois exposées en lambris le long des murs. Quant à la page de gauche, elle présente l’arbre avec les rubriques botanique, synonymes, symbolique et usages. Arbres et arbustes entrent en effet dans la fabrication d’objets de tous les jours, de meubles, de charpentes, d’outils, en vannerie, comme combustibles. Si la résine du pin est réputée, des aspects méconnus de l’usage des arbres sont rappelés au fil des pages comme le gui (hémiparasite et symbole des « liaisons dangereuses) utilisé pour la confection d’une colle appelée la « glu des oiseleurs », le micocoulier de Provence servant à réaliser les « fouets de Perpignan », la viorne pour faire des flèches, l’aulne pour réaliser les fondations de Venise ou les baies de houx permettant autrefois en Europe de l’Ouest de créer un ersatz de café. Sur le plan de la nutrition, cet herbier rappelle l’existence du lait d’amandes, de la frênette (dont la recette est communiquée) et de la farine de glands. Les légendes et la symbolique sont aussi largement nourries par les arbres. Ainsi, le robinier est devenu l’emblème de la Hongrie et Krishna a grandi à l’abri d’un figuier. Il est même révélé que dans la tradition, un rameau de merisier coupé le jour de la Sainte-Barbe (4 décembre) et mis dans un vase indiquera s’il fleurit avant le nouvel an que la jeune fille de la maison se mariera l’année suivante. En réalité plus qu’un herbier, cet ouvrage contient une mine de renseignements sur les arbres alliant leur identification à leur histoire et leurs usages. A ce titre, c’est un ouvrage de référence. En outre, ses annexes sont très complètes avec notamment une petite biographie de la plupart des personnages cités parmi lesquels James Cook (1728-1779), le Père Jean-Pierre Armand David (1826-1900), Dioscoride dit Pedanius, (env. 40-env. 90), Pierre d’Incarville (1706-1757), Pline l’ancien dit le naturaliste (23-79), Jean Robin (1550-1629), Olivier de Serres (1539-1619) et la famille Vilmorin. D’autres annexes sont à découvrir comme un glossaire des termes médicaux depuis « A » comme anticatarrhale jusqu’à « V » comme vulnéraire, sans oublier l’ogham (alphabet des Celtes) et le calendrier celte dans lesquels sont respectivement précisés que la lettre phagos, associée au hêtre, symbolise le livre, l’histoire et l’écriture et que l’arbre tutélaire couvrant la période comprise entre le 25 novembre et le 23 décembre est le sureau.

Histoire et légendes des arbres et arbustes sont au cœur de ce nouvel opus du travail de Bernard Bertrand, atypique écrivain-paysan, « biographe des plantes » et porte-parole de l’association « Les amis de l’ortie ».

Il est à noter que ce livre est décliné sous la forme d’un agenda, « L'agenda boisé 2009, arbres et arbustes de nos campagnes », également présenté au sein de cette rubrique.



© Conservatoire des Jardins et Paysages / novembre 2008

 
198 pages - 35.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w