Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Versailles

   
Auteur : Bernd H. Dams & Andrew Zega
Photographies - Illustrations : Bernd H. Dams & Andrew Zega
Editeur : Connaissance et Mémoires
Date de dépôt : 2007

« Ne m’imitez pas dans le goût que j’ai eu pour les bâtiments, ni dans celui que j’ai eu pour la guerre. Tâchez au contraire, de conserver la paix avec vos voisins ». C’est en ces termes que Louis XIV s’adresse sur son lit de mort au futur Louis XV. Malgré ce discours, les décors des châteaux et bâtiments historiques des XVIIe et XVIIIe siècles demeurent des œuvres exceptionnelles, témoin d’un courant artistique majeur. Après s'être illustrés avec le remarquable « Chinoiseries » déjà paru aux éditions d'art Connaissance et Mémoires, les architectes, historiens de l'architecture et de l'art des jardins, et surtout aquarellistes, Andrew Zega et Bernd H. Dams, se sont attachés à faire renaître certains d’entre eux, qu’ils soient disparus ou pour d’autres restés à l’état de projet. Ces reconstitutions concernent le domaine de Versailles et de Trianon* (Yvelines), mais aussi trois demeures périphériques, à savoir Marly*, Clagny et Sceaux* (Hauts-de-Seine). Grâce au talent des auteurs, les acquéreurs de cet ouvrage d'exception auront en leur possession le témoignage d'un patrimoine disparu avec un réalisme important, respectueux des couleurs naturelles qu'il s'agisse de pierre, de bois, de marbre ou de dorure ; avec une minutie et une précision des détails dans les pots-à-feu, les balustrades et autres ferronneries, allant jusqu'à représenter les iris plantés sur le faîtage des toits des chaumières du hameau de Marie-Antoinette. Les reproductions d'aquarelles sont fidèles aux originaux des auteurs, représentant sept années de travail. Ces dessins sont les fruits de patientes recherches en archives les ayant conduits de Paris à Stockholm en passant par les musées du Louvre et des Arts décoratifs et par des collections privées. Sur un dessin très précis élaboré par Bernd H. Dams, les pinceaux inspirés de Andrew Zega le renforcent de couleurs, volumes et lumières. Ils se sont attaché à représenter les châteaux, mais aussi les folies, pavillons, fabriques et sculptures (telles que sphinges, termes…) et autres ornements de jardin (treillages, vases en argent, dorés ou en porphyre d'un réalisme saisissant digne d'une photographie). Un texte présente avec détails l’histoire et l'organisation de ces cinq domaines royaux avec un chapitre sur les jardins de Marie-Antoinette à Trianon et un autre encore sur son hameau. Fruits de l'érudition des auteurs et de leur travail en archives, les textes sont étayés par de nombreuses références aux œuvres de Louis Le Vau, Charles Le Brun, André Le Nôtre, Antoine Le Pautre, Jules Hardouin-Mansart, Jacques Ange Gabriel, Richard Mique, Claude-Henri Watelet... De même, de nombreux témoignages et théories sont puisés dans les écrits de Saint-Simon, Louis XIV, Horace Walpole, Madame de Sévigné, Denis Diderot, Jean-François Blondel... Au-delà des textes, les talents picturaux des deux artistes ressuscitent des bâtiments emblématiques, dévoilant au fil des pages leur esthétique, pas toujours connue, si ce n'est pour certains, qu'à travers des textes. Parmi ceux-ci, figurent pour Versailles le célèbre Trianon de Porcelaine à la remarquable toiture blanche et bleue, mais aussi la ménagerie, la grotte de Thétis ou encore le pavillon du bosquet des Dômes. Le Trianon de Marie-Antoinette et son hameau (venant par ailleurs de faire l'objet d’une restauration ayant abouti à sa réouverture au public en juillet 2006) sont aussi représentés avec notamment les élévations de quelques bâtiments comme la tour de Marlborough, le moulin, la laiterie, le boudoir ou la grotte. Le chapitre consacré à Marly permet de retrouver le pavillon royal, sa chapelle et quelques-uns des douze pavillons, plus particulièrement ceux dédiés à Apollon, Jupiter, Minerve, Thétis, Abondance... D'autres éléments du décor du parc sont révélés comme des cabinets de treillage ou des vases. Autre château disparu, celui de Clagny, édifié à Versailles pour Madame de Montespan, est considéré comme le premier chef-d'œuvre de Jules Hardouin-Mansart. Il est présenté à travers sa façade et un beau travail de treillage. Quant à Sceaux, les deux auteurs du livre ont choisi de mettre à l'honneur le pavillon de l'Aurore et le belvédère. Si le prix de cet ouvrage d'art réalisé avec le concours d'artisans spécialisés dans le papier, l'impression et la reliure, constitue un réel investissement, il en demeure qu'il est un vibrant témoignage éclairant sur le patrimoine des grands domaines depuis l'époque du Roi Soleil jusqu’à la Révolution, un hommage d’artistes contemporains à ceux du grand Siècle et du siècle des Lumières.

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur les jardins cités dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur les liens suivants :

Domaine de Versailles et de Trianon

Parc de Marly

Parc de Sceaux



© Conservatoire des Jardins et Paysages / mars 2008

 
272 pages - 1.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w