Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Coup d'œil sur les jardins de Wallonie

   
Auteur : Odile De Bruyn
Photographies - Illustrations : Christine Bastin & Jacques Evrard
Editeur : Mardaga
Date de dépôt : septembre 2007

Si la Wallonie est aujourd'hui sous les feux de l'actualité avec le clivage entre Flamands et Wallons, il en demeure que cette partie de la Belgique possède un extraordinaire patrimoine de châteaux sans oublier les jardins s'y rattachant. Ce livre propose d'en apprécier le fleuron. Il présente trente jardins choisis sur des critères historiques, esthétiques et d'accessibilité au public. Ils sont à chaque fois détaillés sur plusieurs pages illustrées de photographies. Ce livre s'intéresse bien sûr aux plus connus d'entre eux à l'instar du parc du château de Belœil dont le propriétaire et aménageur, le prince Charles Joseph de Ligne, est l'auteur de « Coup d'œil sur Belœil et sur une grande partie des jardins de l'Europe » (1781) auquel le titre et la trame du présent ouvrage rendent hommage. En effet, ce livre touche autant à l'esprit qu'à sa réalité matérielle. D'autres jardins réputés ayant fait l'objet de restaurations sont au sommaire comme le parc du château de Seneffe, le parc d'Enghien ou les jardins d’Annevoie et leurs remarquables jeux d'eau. Les jardins décrits sont présentés au fil de cinq chapitres thématiques respectivement consacrés au propriétaire et à ses motivations, au sens (allusions mythologiques, historiques et littéraires), au créateur, au style (dans la mouvance des grands courants de l'art des jardins en Europe) et à la botanique et l'hydraulique. Les textes d'Odile de Bruyn sont argumentés et illustrés le cas échéant par des documents d'archives (plans, peintures, gravures, photographies d'époque...). Parmi les jardins proposés dans ce tour de Wallonie figurent le parc de Mariemont et sa belle collection d'arbres, le parc du château de La Hulpe ayant servi de cadre au tournage du film de Gérard Corbiau « Le maître de musique » (1987), le jardin du palais abbatial de Villers-la-Ville marqué par les ruines de l'ancienne abbaye cistercienne, les jardins de Freÿr à Hastière que Victor Hugo avait qualifiés de « jardinet Pompadour », le parc du château d’Attre et son étonnant rocher artificiel ou encore le jardin botanique de Liège. De conceptions plus récentes, le domaine provincial Valéry Cousin à Chevetogne et les jardins du lac de Bambois à Fosses-la-Ville montrent combien l'art des jardins est toujours en pleine évolution Outre Quiévrain. Au fil de la découverte de ces jardins, leurs conception, histoire et restauration sont marquées par les interventions de plusieurs architectes et paysagistes de renom parmi lesquels François Joseph Bélanger, André Parmentier, Louis Fuchs, Denis et Eugène Bühler, Jules Vacherot, Jules Buyssens, Hector Mathieu, René Pechère, Jean-Noël Capart, Jacques Wirtz, Benoît Fondu... D'autres artistes et plus particulièrement leurs œuvres sont aussi à apprécier dans ces jardins comme les sculptures contemporaines de Pol Bury, Mauro Staccioli, Florence Fréson ou encore de Pierre Culot. Le jardin de sculptures de l'atelier de ce dernier situé à Roux-Miroir figure d'ailleurs au sommaire de cet ouvrage. Moins connus, mais également sélectionnés par l'auteur, d'autres sites méritent d'être visités comme le verger-potager du château fort d'Ecaussinnes-Lalaing ou le parc du château de Bioul. L’iconographie rend hommage au bon goût de ceux en charge de l’entretien de ces jardins comme au « Sous-Bois » à Wépion où les cloches en verre protégeant les salades du potager ressemblent à des serres miniatures ou encore au Bois-la-Sarthe à Auvelais où les arrosoirs en zinc sont tous alignés. Il est à louer que durant les siècles précédents des propriétaires inspirés tels Charles-Alexis de Montpellier, Charles Joseph de Ligne, Raoul Warocqué ou Ernest Solvay aient pu réaliser leur rêve et créer des domaines toujours visibles. Ce patrimoine des jardins wallons comporte de nombreux éléments typiques ou uniques à l'instar de constructions en briques et en pierre bleue, mais aussi du pavillon des Sept étoiles au parc d'Enghien, du « bain romain » du parc de Mariemont, des charmilles en berceau du parc du château de Belœil, des 2 CV en topiaires du domaine provincial Valéry Cousin, de la charmille de la Reid dans le parc de Sept-Heures à Spa (longue de 573 mètres), des statues en terre cuite à double face des jardins de Freÿr… L'élément végétal est aussi à l'honneur dans l'iconographie du livre avec pour sujet des topiaires, de traditionnels tilleuls palissés, des roses, des iris ou encore le plaqueminier faux lotier (Diospyros lotus) du jardin botanique de Liège. En fin d'ouvrage des fiches d'identification des jardins permettent d'en connaître la localisation, l'accessibilité et une bibliographie correspondante. A la lecture de ce livre, nul doute que ces jardins méritent bien un coup d'œil.



© Conservatoire des Jardins et Paysages / mars 2008

 
288 pages - 49.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w