Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Le domaine de Marie-Antoinette

   
Auteur : Articles d’auteurs variés sous la direction de rédaction de Guy Boyer
Photographies - Illustrations : Jean-Baptiste Leroux
Editeur : Château de Versailles / SFPA, collection « Connaissance des arts », Hors-série n° 288
Date de dépôt : 2006

Dans la foulée de la publication du hors-série « Le parc de Versailles »* (également présenté dans cette même rubrique Internet), le magazine « Connaissance des arts » consacre ce numéro à l'un des secteurs de ce parc des Yvelines, désormais dénommé « Le domaine de Marie-Antoinette », rouvert au public en juillet 2006. Il commence par retracer la personnalité de la Reine, son goût et le style de Marie-Antoinette dont l'image est associée au Petit Trianon alors qu’il avait été édifié pour Madame de Pompadour. Marie-Antoinette, quant à elle, y met sa marque avec le théâtre d'une capacité de 200 spectateurs, mais surtout avec le jardin à l'anglaise et ses fabriques. Si le jardin et ses bâtiments ont pu être restaurés, c'est grâce aux mécénats des montres Bréguet S.A., des American friends of Versailles et de la French Heritage Society. Ainsi le théâtre est accessible au public qui peut aussi découvrir la chapelle, la maison du Suisse et le jardin français. L'histoire du hameau est relatée depuis sa réalisation entre 1774 et 1785 par Richard Mique et Antoine Richard. Il fut édifié sur l'emplacement du jardin botanique de Bernard de Jussieu, chargé dès 1759 par Louis XV de son administration. L'aspect naturel est dû au rocher d'Hubert Robert à proximité du belvédère (ou salon de musique). Le hameau de onze maisons campagnardes (maison de la Reine, moulin, laiterie de Propreté, Tour de Marlborough...) permet toujours d'imaginer la douceur de vie à laquelle aspirait Marie-Antoinette. Aujourd'hui, il est restauré et le jardin anglais est replanté au plus près de son état d'origine. Ces travaux ont permis de remettre en valeur le temple de l'Amour abritant « L'Amour taillant son arc dans la massue d'Hercule » d'Edme Bouchardon (1750). Il est donc à nouveau possible de visiter ce décor paysager en s'acquittant dorénavant d'un droit d'entrée payant (9 euros). Un plan avec explications est remis au visiteur permettant de se repérer dans ce domaine à la grande richesse botanique. Il permet de trouver facilement l'orangerie de Jussieu, le théâtre, la ferme (veaux, vaches, moutons, chèvres) et la vigne dont les premières vendanges ont eu lieu en septembre 2006. Les différentes fabriques sont toutes repérées : classiques (temple de l'Amour, belvédère, porte Saint-Antoine), naturelles (rocher, grotte), rustiques du hameau en bordure du grand lac (laiterie de Propreté et sa table de marbre blanc, Tour de Marlborough dite « de la Pêcherie », maison du Garde, colombier, billard, maison de la Reine, réchauffoir, boudoir, moulin), mais aussi les fabriques disparues (laiterie de Préparation et grange). La lecture de ce hors-série constitue un excellent préambule à une telle visite notamment grâce à son iconographie présentant notamment le décor intérieur du théâtre, les photographies des principales fabriques, une reproduction sur deux pages de l'huile sur toile de Claude Louis Châtelet « Illumination du belvédère » (1781), sans oublier un plan de repérage mentionnant les nouvelles limites du hameau de Marie-Antoinette. Pour en savoir davantage sur cette reine et son domaine, il est aussi possible de se référer à d'autres ouvrages figurant dans cette même rubrique Internet comme le n° 42 de « Maisons de campagne » (« Le hameau de Marie-Antoinette »), « Le style Marie-Antoinette » d’Adrien Goetz, le hors-série du Figaro « Marie-Antoinette », « Marie-Antoinette à Versailles, le goût d’une reine » sous la direction de Bernadette de Boysson et Xavier Salmon et « Le hameau de la Reine, une journée avec Marie-Antoinette » de Thierry Deslot.

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur le parc cité dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur le lien suivant :

Domaine de Versailles et de Trianon



© Conservatoire des Jardins et Paysages / décembre 2006

 
34 pages - 8.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w