Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Le jardinier de Versailles

   
Auteur : Alain Baraton
Editeur : Grasset
Date de dépôt : mai 2006

Si un jardinier est aujourd'hui médiatisé, c'est bien Alain Baraton, le jardinier en chef du domaine national de Trianon et du grand parc de Versailles* (Yvelines). Il est notamment connu pour sa chronique hebdomadaire de jardinage sur France Inter (FM 87,8 en Ile-de-France) les samedis et dimanches de 7 h 40 à 8 h. Dans ce récit, il fait part de son expérience de trente ans cette année au sein du domaine national, de ses anecdotes de travail, de sa perception du public et de son amour du parc. Alain Baraton commence son récit par l'évocation de la terrible tempête du 26 décembre 1999, à l'origine de sa médiatisation. Cet ouragan est toujours gravé dans la mémoire de tant de jardiniers ayant découvert les arbres de leur quotidien en quelques instants à terre et sans vie. Le lecteur peut ainsi comprendre ce que ces hommes ont ressenti et combien d'inévitables larmes ont été versées devant de tels paysages de désolation, symbolisant tant d'années de travail réduites à néant. Au-delà de ce traumatisme, le témoignage d'Alain Baraton est important car, pour la première fois, Versailles est présenté par un jardinier. Ce récit est à rapprocher de celui de Marcel Gaucher, jardinier des Rothschild, ayant publié en 1985 ses mémoires dans « Les jardins de la fortune », aujourd'hui épuisé. Mais cette fois-ci, il s'agit de la vision et des mots d'un jardinier du domaine public, évoquant aussi l'organisation d'une administration. Il dévoile sa vie professionnelle au sein d'un lieu hors du commun, connu dans le monde entier, et de manière plus intimiste, il livre ses goûts, ses doutes, ses regrets, ses joies, ses tristesses (comme la perte du chêne de Marie-Antoinette au cours de la canicule de l'été 2003). Au cours de cette vie, il croise des personnalités dont les noms sont également pour toujours associés à l'histoire de Versailles comme Gérard Van der Kemp à qui Frank Ferrand a consacré la biographie « Gérald Van der Kemp, un gentilhomme à Versailles » présentée dans cette présente rubrique Internet. D'autres personnalités toujours en fonction deviennent aussi ponctuellement des acteurs de ce témoignage comme Pierre-André Lablaude l’architecte en chef des monuments historiques responsable de la réhabilitation du parc, Joël Cottin le jardinier en chef du château de Versailles, Christine Albanel la présidente de l’établissement public du musée et du domaine national ou Pierre Arizzoli-Clémentel le directeur général de ce même établissement public. Alain Baraton livre ici ses anecdotes sur ses prédécesseurs au cours des siècles et sa reconnaissance pour ses trois maîtres : Jean-Baptiste de la Quintinye, Claude Richard (le jardinier de Louis XVI) et Jacques Briot (jardinier en chef de Trianon et créateur en 1858 de l'Aesculus carnea 'Briotii'). En revanche, son rapport à André Le Nôtre est de prime abord surprenant puisqu'il le considère aujourd'hui comme un valet alors qu'il y a encore quelques années, il a réussi à lui faire dédier un rose. Il avoue également sa reconnaissance à Madame de Pompadour et son estime pour Marie-Antoinette. Bien d'autres personnages liés à Versailles font des apparitions dans ce récit comme le baron Antoine Augustin Parmentier, Stéphane Mallarmé, Sacha Guitry, André Malraux, Jane Seymour, Ariane Mnouchkine, Sofia Coppola et des fantômes ! A travers son parcours personnel, cet amoureux des arbres et de la botanique revient sur son enfance, son adolescence, sa paternité, son couple mais surtout sur son parcours professionnel, son embauche, son métier, l'évolution du matériel agricole avec des regrets pour la mécanisation et la régression du niveau de l'enseignement horticole. Il est également intéressant de découvrir l’interprétation d’Alain Baraton des jardins, des plantations et de leur entretien, à partir des tableaux (1688-1690) de la « galerie des Cotelle » du Grand Trianon. S'il s'agit d'un livre supplémentaire sur Versailles, le regard de son auteur est différent car il raconte le quotidien d'un parc, vécu de l'intérieur avec des anecdotes sur la vie, la mort, l'amour, la fascination du lieu exercée sur les hommes de lettres et de spectacles, car depuis Louis XIV les jardins servent de décors à des fêtes et même encore de nos jours. L'histoire et notamment celle des jardins n'est pas oubliée dans ces « mémoires », comme les épisodes de la création de ceux de Vaux-le-Vicomte* à Maincy (Seine-et-Marne) et de celle du Potager du Roi à Versailles* (Yvelines) où le remarquable travail réalisé par Jean-Baptiste de la Quintinye suscite tant d'admiration d'Alain Baraton. Ce jardinier de « Versailles » vit sans doute un destin exceptionnel, peut-être à une époque qui n'est pas la sienne. Il raconte « son » Versailles, avec malice, pertinence et une certaine poésie : « Quand un jardin attire les amoureux, c'est qu'il est réussi. », « Un jardin sans odeur, c'est un jardin voué à l'oubli, donc à la mort. », « L'arbre a tout donné à l'homme. Il ne reçoit aujourd'hui que trop peu de remerciements. ». L'intérêt de ces pages réside donc moins dans la véracité historique que dans la relation sentimentale par rapport à un lieu, mais aussi à un métier, celui d'un jardinier.

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur les jardins cités dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur les liens suivants :

Domaine de Versailles et de Trianon

Jardins de Vaux-le-Vicomte

Le Potager du Roi



Conservatoire des Jardins et Paysages / dcembre 2006

 
336 pages - 19.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w