Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

L’art des jardins en Europe, de l’évolution des idées et des savoir-faire

   
Auteur : Yves-Marie Allain & Janine Christiany
Editeur : Citadelles & Mazenod, collection « L’art et les grandes civilisations »
Date de dépôt : septembre 2006

« L'art des jardins en Europe » est une véritable bible dont les éditions Citadelles & Mazenod se sont fait une spécialité à travers la collection « L'art et les grandes civilisations ». Ce livre couvre plusieurs siècles d'histoire des jardins depuis la Renaissance jusqu'aux années 30. Il est dû à Yves-Marie Allain, ingénieur horticole, paysagiste DPLG, inspecteur général de l'environnement et vice-président de notre association, et à Janine Christiany, architecte DPLG, historienne de l'architecture et ancienne responsable du Certificat d'études approfondies en architecture « Jardins historiques, patrimoine et paysages » à l'Ecole d'architecture de Versailles (Yvelines). Ces auteurs ont rédigé des textes rigoureux étayés par leurs recherches, cours et conférences qui ont marqué leur vie professionnelle. De ce fait, leur collaboration, déjà effective dans « Protection et mise en valeur des jardins historiques en France et en Chine » (2002), fait le point sur l'état d'avancement dans le domaine des recherches actuelles. Cet art des jardins retrace l'histoire du patrimoine européen, basé sur l'évolution des connaissances, des sciences, des techniques sans oublier ni la philosophie ni la sociologie. Le jardin, qu'il symbolise l'Eden, le monde ou la place de l'homme dans l'univers, sous cette perception est un élément commun aux différentes cultures. Une première partie est consacrée aux savoir-faire au fil des siècles en abordant le jardin à travers les connaissances et en se basant sur les témoignages des célèbres auteurs de traités comme Olivier de Serres (1539-1619) ou Antoine-Joseph Dézallier d'Argenville (1680-1765). L'iconographie s'appuie également sur ces textes comme sur des gravures notamment issues de « Les plus excellents bastiments de France » (1576-1579) de Jacques Androuet du Cerceau. L'expérience des jardiniers, créateurs et pépiniéristes est donc reprise au fil des siècles en prenant en compte les différents aspects du jardin et notamment les parfums, les outils, les orangeries, les serres et bien sûr la botanique. La deuxième partie s'intéresse aux styles à partir du préau fleuri et du grand texte humaniste « Le Songe de Poliphile », attribué à Francesco Colonna (1546), qui nourrira l’imagination des créateurs de jardins italiens de la Renaissance. Des exemples contemporains, comme le jardin Renaissance et le parc paysager du château-promenade des parfums de Chamerolles* à Chilleurs-aux-bois (Loiret) ou les jardins du prieuré Notre-Dame d'Orsan* à Maisonnais (Cher), constituent des exemples d'interprétations possibles de ces premiers jardins. L'apogée des jardins dits « à la française » passe par les étapes clefs des parcs classiques comme les jardins de Vaux-le-Vicomte* à Maincy (Seine-et-Marne), le domaine de Versailles* (Yvelines) et le parc de Marly* à Marly-le-Roi (Yvelines). Les autres chapitres de cette histoire sont chronologiquement traités comme en Angleterre les « Arts and crafts » et aussi en France la période « Arts décoratifs » avec des exemples comme le jardin du square Jean Goujon (de Robert Mallet-Stevens et des frères Joël et Jan Martel) avec d’étonnants arbres en béton, réalisé dans le cadre de l'exposition internationale des arts décoratifs et industriels (1925) ou bien sûr le jardin cubiste de la villa Noailles* à Hyères-les-Palmiers (Var), de forme triangulaire et conçu en 1926 par le décorateur arménien Gabriel Guévrékian. Des jardins paysagers aux parcs publics, cet historique traduit l'évolution des sociétés européennes, au regard des environnements politique, économique et scientifique, sans oublier les concepteurs (André Le Nôtre, Humphrey Repton, Denis et Eugène Bühler, Henri et Achille Duchêne, André et Paul Vera). D’autres personnalités ponctuent cette histoire comme Ernest de Ganay ou Roberto Burle Marx. Parmi tous les jardins traduisant cette évolution figurent, parmi tant d'autres exemples, les jardins de Chenonceau* à Bléré (Indre-et-Loire), les jardins de Brécy* à Saint-Gabriel-Brécy (Calvados), le jardin du Luxembourg* (Paris), le parc du château d'Anet* (Eure-et-Loir), le parc de Bagatelle* (Paris), le Désert de Retz à Chambourcy (Yvelines), le parc de Méréville (Essonne), le parc d’Ermenonville (Oise), dont la partie publique a pris le nom de « parc Jean-Jacques Rousseau* » de nos jours, le parc de la Garenne Lemot* à Gétigné (Loire-Atlantique), le domaine national de Saint-Cloud* (Hauts-de-Seine), le parc de la Tête d’or* à Lyon (Rhône), celui de Courson* à Courson-Monteloup (Essonne), le parc oriental de Maulévrier* (Maine-et-Loire), le parc du château de Villandry* à Joué-les-Tours (Indre-et-Loire), les jardins du musée Albert Kahn* à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), le jardin de la Fondation Claude Monet* à Giverny (Eure), le jardin Serre de la Madone* à Menton (Alpes-Maritimes) ou encore les jardins de Kerdalo* à Trédarzec (Côtes d’Armor). Les jardins botaniques sont aussi des points importants de cette histoire, avec un chapitre leur étant entièrement consacré, depuis les plus anciens comme celui de l’Université de Padoue (Italie), classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO, et en France le jardin des plantes de Montpellier* (Hérault). Ce type de jardins s'est ensuite répandu dans l'Europe entière avec ceux de l’université Jagellons à Cracovie (Pologne), les jardins botaniques royaux de Kew (Angleterre), le jardin botanique royal de Madrid (Espagne), celui de Nantes* (Loire-Atlantique), celui de l’université d’Oxford (Angleterre), le jardin des Plantes* (Paris) et le jardin botanique de l’université de Pise (Italie). La dernière partie de cet état des connaissances en matière de jardins prend la forme d'un tour d'Europe des plus belles réalisations avec notamment un chapitre dédié aux créations et restaurations du XXe siècle, car il y a dorénavant une véritable implication, qu'elle soit privée ou publique, dans le maintien et la sauvegarde de ce patrimoine européen. Parmi celles-ci se remarquent entre autres, les jardins de la villa Noailles* à Grasse (Alpes-Maritimes), le jardin des Colombières* à Menton (Alpes-Maritimes), les jardins de Maizicourt* (Somme), les jardins de Séricourt (Pas-de-Calais) détenteurs du label « jardin remarquable » décerné depuis 2004 par le Ministère de la culture et de la communication sur des critères de composition, intégration dans le site, qualité des abords, intérêts botanique et historique, entretien, gestion... Figurent également les jardins du château du Champ de Bataille* au Neubourg (Eure), les jardins du château de la Ballue* à Bazouges-la-Pérouse (Ille-et-Vilaine), ceux du château de Pange* (Moselle), le parc du château de la Roche Jagu* à Ploëzal (Côtes d’Armor), les jardins du Bâtiment à Sainte-Hermine (Vendée) créés par le chef d'orchestre William Christie dans une ambiance maniériste franco-italienne, hollandaise du XVIIe siècle et « Arts and crafts ». Environ 700 illustrations avec des reproductions de gravures, de plans [notamment celui des jardins de l’abbaye de Saint-Gall (Suisse) devenu une référence historique dans le cadre de reconstitutions de jardins dits « médiévaux »], des clichés de célèbres tableaux (célèbres lunettes des villas italiennes peintes par Giusto Utens, des toiles de Claude Monet (« Les nymphéas ») ou de Gustave Caillebotte (« Les jardiniers ») et de remarquables prises de vue dont beaucoup sont signées de photographes de renoms comme Jean-Baptiste Leroux, Georges Lévêque ou Jacques de Givry. Pour qui cherche à connaître de façon un peu plus fouillée l'histoire, la composition et l'aspect de jardins européens, véritables palimpsestes, ce livre est déjà une référence, du parc Sans Souci à Potsdam (Allemagne) jusqu’aux jardins du palais de Drottningohlm (Suède). Ce tour d’Europe passe notamment par l’Angleterre avec le jardin paysager de Stourhead à Warminster (Angleterre) ou le jardin de Sissinghurst, par l’Autriche avec le parc du château de Hellbrunn à Salzbourg, par la Belgique avec le parc du château de Belil, par l’Espagne avec les jardins du palais d'Aranjuez, par l’Italie avec le jardin de la villa d'Este à Tivoli, par les Pays-Bas avec le parc du palais Het Loo à Apeldoorn, par le Portugal avec les jardins du palais Fronteira à Lisbonne ou par la Russie avec le parc de Peterhof. Enfin, un plan de l'Europe avec repérage permet de localiser les 128 jardins cités, suivi d'un tableau synoptique de 1364 à nos jours et d'une très complète bibliographie. Ce remarquable ouvrage aux textes d'une grande rigueur scientifique, dus à deux spécialistes reconnus est destiné à un large public. Si son coût est un peu onéreux, il peut néanmoins constituer une excellente idée de cadeau de Noël pour un amateur de l'histoire des jardins car ce livre en retrace une période riche et confirme combien la création de jardins constitue un art à part entière.

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur les jardins cités dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur les liens suivants :

Jardin Renaissance et parc paysager du château-promenade des parfums de Chamerolles

Jardins du prieuré Notre-Dame d'Orsan

Jardins de Vaux-le-Vicomte

Domaine de Versailles et de Trianon

Parc de Marly

Parc Saint-Bernard et jardin de la villa Noailles

Jardins de Chenonceau

Jardins de Brécy

Jardin du Luxembourg

Parc du château d'Anet

Parc de Bagatelle

Parc Jean-Jacques Rousseau

Parc de la Garenne Lemot

Domaine national de Saint-Cloud

Parc de la Tête d’or

Parc de Courson

Parc oriental de Maulévrier

Parc du château de Villandry

Jardins et collections du musée Albert Kahn

Jardin de la Fondation Claude Monet

Jardin Serre de la Madone

Jardins de Kerdalo

Jardin des plantes de Montpellier

Jardin des plantes et jardin botanique de Nantes

Jardin des Plantes

Jardins de la villa Noailles

Jardin des Colombières

Jardins de Maizicourt

Jardins du château du Champ de Bataille

Jardins du château de la Ballue

Jardins du château de Pange

Parc du château de la Roche Jagu



© Conservatoire des Jardins et Paysages / décembre 2006

 
632 pages - 199.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w