Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Walter Brugger, architecte-paysagiste

   
Auteur : Michael Jakob & William Audéoud
Editeur : Eil Centre de Lullier / in folio
Date de dépôt : mai 2005

Walter Brugger (1924-2002) était l'un des plus importants architectes-paysagistes de Suisse. Il est notamment le concepteur de l'exposition nationale de Lausanne en 1964 et de l'arboretum d'Aubonne (Suisse).
La présentation du concepteur par Michael Jakob est suivie d'un texte de Walter Brugger lui-même : « Architecture paysagère : art ou artisanat ? ». Dans ses propos, l'architecte-paysagiste revenait sur la définition de « jardin », sur son statut d'œuvre d'art. Formé en Suède puis en Angleterre auprès de Gertrud Jekyll, il fut également inspiré par son passage à New York (Etats-Unis) et prit conscience de la prépondérance de l'interdisciplinarité dans les projets. Il a à son actif plus de 1000 projets dont des autoroutes, des propriétés privées, des parcs de jeux, des aménagements de bâtiments célèbres (CERN, du BIT, de l'OMS) comme du parc du Centre de Lullier à Jussy.
Cette école d’ingénieurs de Lullier (eil) dispensant dans les filières agronomie, gestion de la nature et architecture du paysage. Elle publie d’ailleurs cette monographie. Walter Brugger fut aussi le premier à introduire les jardins sur toitures. Son champ d'action ne s'est pas limité au seul canton de Genève puisqu'il a aussi sévi à l'étranger (Italie, France, Irlande, Arabie Saoudite). Une vingtaine de projets sont sélectionnés dans ce livre et richement illustré grâce à des dessins, des esquisses, des plans et des perspectives de Walter Brugger. Cependant les photographies, dont plusieurs en noir et blanc, étant davantage d'époque que contemporaines, elles confinent à ce recueil un aspect un peu démodé. Si l'absence de commentaires pour chaque projet est regrettable, l'iconographie permet cependant de découvrir des projets artistiques et novateurs parmi lesquels l'aérogare de Genève, le Florissant square (toujours à Genève), les Glenveagh gardens (Irlande) au cadre verdoyant décoré de pots, emmarchements, termes et haies.
Il est amusant de constater que certains dessins de jardins de villas font penser à celui de la maison du film « Mon oncle » (1958) de Jacques Tati. Malgré l'absence de biographie des projets, ce livre montre le travail d'un architecte-paysagiste helvétique dont le travail est à apprécier, car Walter Brugger participe à l'histoire contemporaine de la création paysagère et son œuvre reflète une époque.

© Conservatoire des Jardins et Paysages / décembre 2005

 
112 pages - 33.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w