Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Robert Mallet-Stevens, architecte

   
Auteur : Sous la direction de Jean-Pierre Lyonnet
Editeur : 15, square de Vergennes
Date de dépôt : 2005

Le 15 square de Vergennes est l’adresse de la Maison-atelier du verrier Louis Barillet. Peu de gens savent qu’au niveau du 279, rue de Vaugirard, se cache une impasse avec au fond cet extraordinaire atelier dû à Robert Mallet-Stevens (1932), inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1993. Racheté en 2001 par un mécène l'ayant ouvert au public, il est dédié depuis 2003 à l'art contemporain. Il accueille un fonds permanent d'uvres de Yonel Lebovici (1937-1998), une « matériauthèque » (premier service européen d'information sur les matériaux et produits innovants à découvrir sur www.materio.com) et des expositions temporaires telle « L'atelier du maître verrier Louis Barillet » s’étant déroulée jusqu'au 1er octobre 2005.
Abritant depuis le 11 avril 2014 le Musée Mendjisky - Ecoles de Paris, le « 15 square de Vergennes » réservait avant ce lieu à des expositions temporaires de créateurs originaux, mais éditait aussi des livres.
C'était le cas de cet ouvrage dédié à l'architecte des lieux. A l'occasion des 60 ans de la disparition de l'architecte, et notamment de la superbe exposition « Robert Mallet-Stevens architecte (1886-1945) » s’étant déroulée au Centre Pompidou jusqu'au 29 août 2005, plusieurs livres ont été édités.
Ce livre traite de son uvre accomplie pendant sa courte carrière, avec seulement une vingtaine d'édifices bâtis entre les deux guerres. En effet, cet artiste a également été décorateur de cinéma, enseignant et illustrateur. C'est donc à ses bâtiments que cet ouvrage collectif (contributions d'Andrée Putman, Claude Parent, Jean-Pierre Lyonnet...) est consacré. Peu de plans sont reproduits, mais en revanche de nombreuses photographies d'époque, le tout dans une iconographie en majorité noir et blanc restituant l'ambiance architecturale des années Trente.
Ses plus célèbres créations sont au sommaire de ce livre comme lavilla Noailles* à Hyères-les-Palmiers (Var)en 1923, sa première commande importante, célèbre pour les amateurs de jardins grâce à celui dit « jardin cubiste » conçu en 1926 par le décorateur arménien Gabriel Guévrékian, de forme triangulaire avec des motifs en céramiques et motifs de pâte de verre de couleur. D'autres uvres phares sont aussi présentées comme la villa Poiret à Mézy-sur-Seine (Yvelines) de 1924, la villa Cavrois à Croix (Nord) de 1932, « uvre majeure » par excellence, en cours de restauration depuis 2004, et bien sûr la Maison-atelier du maître verrier Barillet, seul bâtiment parisien de l'architecte ouvert au public, remarquable par sa grande verrière et le vitrail en bandeau vertical éclairant l'escalier intérieur. La transformation du casino de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) en 1928, le garage Alfa-Roméo de la rue Marbeuf à Paris (1925) ou l'ensemble unique de cinq maisons formant la rue Mallet-Stevens dans le 16e arrondissement, ne sont pas oubliés.
Le travail de Mallet-Stevens dans les grandes expositions est abordé comme le « Signal des ciments français » pour l'exposition internationale de Paris en 1937, en collaboration avec les frères Joël et Jan Martel, déjà ses complices en 1925 pour la réalisation de l'emblématique Jardin du pavillon des renseignements et du tourisme de l'exposition des arts décoratifs de 1925 avec les quatre très novateurs arbres cubistes en béton. Une copie de 8,50 mètres de haut en béton et résine d'un de ces « arbres des frères Martel » a été reconstituée en 1998 devant l'Espace Landowski à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), la ville des années Trente, en ayant fait son logo pour toutes ses activités culturelles ! Pour en savoir davantage sur Robert Mallet-Stevens, se reporter dans cette même rubrique Internet à « Robert Mallet-Stevens, l’uvre complète » sous la direction d'Olivier Cinqualbre, « Robert Mallet-Stevens et la villa Noailles à Hyères » d’Hubert Damisch et Jacqueline Salmon, « Robert Mallet-Stevens la villa Cavrois » de Richard Klein et « Hector Guimard Robert Mallet-Stevens, villas modernes » de Richard Klein & Gilles Maury.

* Plus d’informations
Pour en savoir davantage sur le jardin cité dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur le lien suivant :

Parc Saint-Bernard et jardin de la villa Noailles



Conservatoire des Jardins et Paysages / dcembre 2005

 
238 pages - 65.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w