Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Robert Mallet-Stevens la villa Cavrois

   
Auteur : Richard Klein
Editeur : Picard
Date de dépôt : février 2005

Robert Mallet-Stevens est un architecte à l'uvre singulière redécouverte cette année à l'occasion des 60 ans de sa disparition et notamment de la rétrospective « Robert Mallet-Stevens architecte (1886-1945) » s’étant déroulée jusqu'au 29 août 2005 au centre Pompidou (Paris).
Pour les amateurs de jardins, le nom de Mallet-Stevens est associé à la villa Noailles* (1923-1928) à Hyères-les-Palmiers (Var), construite pour Charles et Marie-Laure de Noailles, et à son jardin cubiste de forme triangulaire conçu en 1926 par le décorateur arménien Gabriel Guévrékian.
Dans l’uvre de Mallet-Stevens, une de ses villas les plus connues est la villa Cavrois à Croix (Nord), objet de ce livre. Déjà en 1934, Mallet-Stevens, lui-même, lui consacra un ouvrage entier intitulé « Une demeure 1934 ». Celle-ci est longue de 60 mètres et recouverte d'un parement de plaquettes de briques beiges et est en cours de restauration depuis 2004. Elle comprend un hall, une salle de jeux pour enfants, une cuisine, un fumoir, un superbe escalier et bien d’autres pièces, où, à chaque fois, l’architecte démontre sa maîtrise des espaces et son goût sûr pour le décor intérieur.
Ce livre s'attache à présenter cette demeure en commençant par une présentation du travail de l'architecte au travers de ses uvres majeures. Parmi l’iconographie, un amusant croquis de J. Touchet « Devant l’arbre cubiste : l’arroseur perplexe », paru dans « L'Illustration » du 19 septembre 1925, représente un jardinier dubitatif devant un arbre cubiste en béton et ne sachant pas s'il est besoin ou non de l'arroser.
Il s'agit de l'un des quatre arbres réalisés par les frères Joël et Jan Martel pour le jardin de l'exposition des arts décoratifs de 1925 à Paris, en collaboration avec Robert Mallet-Stevens. Le chapitre suivant s’attache à la protection administrative de la villa Cavrois aujourd’hui développée. La présentation de cette demeure construite de 1929 à 1932 est notamment claire grâce à plusieurs clichés d'époque dont des photographies aériennes de juillet 1932. Elles permettent de découvrir la piscine extérieure et le parc conçu par l'architecte démontrant, au même titre que pour l’intérieur, son réel souci de fonctionnalité.
Un plan en donne la composition très géométrique et fidèle au style des années Trente. Le jardin comporte une roseraie circulaire, un enclos des poules, un verger, un parterre de fleurs à couper, un potager, une serre et un grand miroir d'eau axé sur la villa. Cette histoire détaillée de la villa de 1925 à 2001 permet d'en comprendre la conception, l'édification, la protection, puis la restauration par le biais de photographies, dessins et perspectives à l'instar de celle sur la couverture du livre, où la composition du parc est mise en évidence. La lecture de ce livre peut se prolonger par celles de « Robert Mallet-Stevens, l’uvre complète » sous la direction d'Olivier Cinqualbre, « Robert Mallet-Stevens et la villa Noailles à Hyères » d’Hubert Damisch et Jacqueline Salmon, « Hector Guimard Robert Mallet-Stevens, villas modernes » de Richard Klein & Gilles Maury ou encore « Robert Mallet-Stevens, architecte » sous la direction de Jean-Pierre Lyonnet, également présentés dans cette même rubrique Internet.

* Plus d’informations
Pour en savoir davantage sur le jardin cité dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur le lien suivant :

Parc Saint-Bernard et jardin de la villa Noailles



© Conservatoire des Jardins et Paysages / décembre 2005

 
232 pages - 38.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w